Les visages de l’émancipation : l’action des femmes messalistes durant la révolution algérienne

« Les visages de l’émancipation : l’action des femmes messalistes durant la révolution algérienne », mon dernier article publié par la revue Le Mouvement social (2016/2), dans un dossier intitulé « Femmes africaines et mobilisations collectives (années 1940-1970) » coordonné par Emmanuelle Bouilly et Ophélie Rillon.

https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=LMS_255_0103

Résumé de l’article :

La révolution algérienne illustre un type particulier de révolution, le woman-in-the-family model, qui exclut ou marginalise les femmes des définitions et constructions de l’indépendance, de la libération et de la liberté. Cette catégorisation correspond très largement à l’idéologie en vigueur chez les partisans de Messali Hadj qui promeuvent, à travers leurs activités et leurs journaux, un féminisme différentialiste, ancré dans la tradition arabo-islamique et à dimension caritative. En réponse au déclenchement de la lutte armée et à une propagande colonialiste qui met en avant l’émancipation féminine, le contexte devient favorable à une redéfinition du rôle assigné aux Algériennes musulmanes. Ce phénomène, dont nous interrogeons les conditions d’émergence et la portée, se manifeste avec plus de vigueur dans l’émigration algérienne en France et trouve son cadre institutionnel dans l’éphémère syndicat messaliste, l’Union des syndicats de travailleurs algériens (USTA). Ces syndicalistes, préoccupées autant par l’émancipation féminine que l’indépendance nationale ou les revendications ouvrières, permettent au mouvement messaliste de présenter des visages acceptables par leurs interlocuteurs français et de se démarquer de son concurrent du Front de libération nationale (FLN).

The Faces of Emancipation: The Action of Messalist Women during the Algerian Revolution

The Algerian revolution illustrates a particular type of revolution, the woman-in-the-family model, which excluded or marginalised women from the process of defining and building independence, liberation and freedom. This categorisation corresponded quite closely to the dominant ideology of Messali Hadj’s partisans, whose activities and newspapers promoted a differentialist feminism, anchored in the Arabo-Islamic tradition and with a charitable dimension. In response to the outbreak of armed combat and colonialist propaganda that emphasised women’s emancipation, the context became favourable to a redefinition of the role assigned to Muslim Algerian women. This phenomenon, which we will investigate in terms of the conditions for its emergence and its scope, was stronger among Algerian emigrants in France, and found its institutional framework in the short-lived Messalist union, the Union des syndicats de travailleurs algériens (USTA). These union members were just as preoccupied by women’s emancipation as by national independence or workers’ demands, and they enabled the Messalist movement to show faces that were acceptable for its French interlocutors and to distinguish itself from its rival, the National Liberation Front (FLN).

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s